Accueil REX Agri Alimentation des chèvres en production laitière

Alimentation des chèvres en production laitière

icone localisation

Savoie

Maîtrisée & intégrée en routine à l'exploitation

Agriculteur

Diane Fisher
Chèvrerie de Laberthe

Atelier

Maraîchage Élevage ruminant

Toutes les surfaces potentiellement adaptées à la mise en place de la pratique

.Limon calcaire

Objectifs

Augmenter la production de lait des chèvres en améliorant l'équilibre et la qualité de leur alimentation

Description

L'aliment fourrager en hiver comprend 3 éléments (en quantité égale 1/3): du regain (tous types), du foin de luzerne et du foin de graminées. La disposition est en forme de lasagne avec des couches de chaque pour favoriser le mélange et l'accès partout pour chaque animal. Dans l’idéal le regain est en dessous, la luzerne au milieu (pour perdre un minimum les feuilles, évitez de la secouer) et les graminées en haut (c’est l’élément vers lequel les chèvres vont aller le moins naturellement). La manipulation est faite à la fourche (environ 30min de nourrissage à chaque fois). Le fourrage ne doit pas être "à volonté", les chèvres sont nourries matin et soir en quantité généreuse, 1 botte de moyenne 200kg dure 6 jours pour 40 chèvres en lactation donc avec les 3 bottes en quantité à peu près égale ça fait 2,5kg/chèvre/jour. Si on les nourrit aussi le midi, il va rester beaucoup de refus. On en donne seulement si c'est des tiges plus dures qui permettent de gratter la panse et donc de favoriser la rumination. Les chèvres ont accès au foin lorsqu'elles sont en extérieur et bien entendu avant et après la traite du matin. Cet équilibre est très important. Pour l’éducation alimentaire des chevrettes, on leur donne seulement le foin de graminées au début (afin de développer leur panse), puis un peu de luzerne, de regain et le grain. Avant de les faire sortir au printemps (fin mars en général), on augmente progressivement la quantité de regain et de luzerne (jusqu’à 80% de la nourriture totale) pour que leurs systèmes digestifs s'adaptent à recevoir plus de nourriture azotée pendant 1 semaine au minimum. Avant le regain n’était pas intégré à la ration et la transition au système herbe était moins évidente, il y avait 2x plus de diarrhées légères liées à la transition brutale. Le grain est donné matin et soir : c'est un mélange de maïs (5kg), granulés en protéines et minéraux (3kg) et d'orge (3kg). Nous mettons ces quantités pour une ration de 40 chèvres, soit environ 550g/chèvre/jour. Il est important de donner le grain au minimum 30 minutes plus tard que l'aliment fourrager sinon il ne pourra pas être assimilé. Avant le maïs nous mettions de la féverole mais elle était souvent triée par certains animaux. Les cornadis ne sont plus fermés, ça leur donne plus de liberté pour aller ruminer et il y a plusieurs points nourriture dans la chèvrerie (filets, râteliers), pour que tout le monde y ait accès.

Résultats

Avec ce système d’alimentation, la production laitière a doublé pour certaines chèvres (de 1,5 à 3 litres) ! En 2 ans, nous avons gagné plus de 20L de lait au pic de lactation, sans sélection génétique dans le troupeau. Avant les chèvres ne mangeaient que ce qui leur plaisait (le vert) et il y avait beaucoup de refus. Maintenant, elles mangent quasiment tout. Résultat : elles ruminent mieux et produisent plus de lait. Leur santé est aussi meilleure, on retrouve aussi moins de grains non digérés dans leurs excréments.

Images