Accueil REX Agri Couvert de méteil en vigne

Couvert de méteil en vigne

icone localisation

Lot

Maîtrisée & intégrée en routine à l'exploitation

Agriculteur

Jean-Pierre Jeauffreau
EARL DE BAQUE

Atelier

Viticulture Grandes cultures et productions légumières

Vesce, Triticale, Pois protéagineux, Pois fourrager, Orge hiver, Féverole d'hiver, Blé tendre hiver, Avoine

Plusieurs parcelles

Semoir, rouleau faca

Terres de coteaux

Objectifs

Ramener des auxiliaires dans les vignes Ne pas avoir de concurrence hydrique des adventices avec la vigne Réduire le salissement Baisser les apports de fumure à long terme

Description

J'ai 40 ha de vignes, avec une partie en bio et une partie en conventionnel. Je suis en non labour depuis 20 ans et je sème systématiquement des couverts dans les vignes avec : un mélange de moutarde/seigle pour les vignes bio et un mélange méteil que j'autoproduits pour les vignes conventionnelles. Je fais comme ça car je ne suis pas autorisé à acheter de la semence bio s'il s'agit des mêmes espèces que sur les parcelles non bio (car non différenciables sur pied). Je laisse 1 inter-rang sur 2 en enherbement permanent pour le passage des outils et je sème des couverts sur l'autre moitié. Cela me permet de limiter au maximum le tassement dû au passage des outils. Le couvert de méteil se compose de 8 espèces différentes : blé, orge, avoine, triticale, pois fourrager, pois protéagineux, vesce et féverole. Environ ⅔ de céréales pour ⅓ de légumineuses (voir mon autre REX). L’avantage c’est qu’avec un nombre important d’espèces le mélange se tient bien malgré les écarts de densité. Au départ j’ai testé en semis direct avec un semoir adapté mais en vigne on ne peux pas mettre de glyphosate pour désherber après implantation. En général, je sème le couvert en octobre et je passe plusieurs fois un disque pour détruire mécaniquement les adventices, avant et/ou après le semis. En avril-mai je couche le couvert avec un rouleau faca et je repasse en été avec un disque pour couper les repousses d’avoine et commencer à préparer la terre pour le prochain couvert. J’ai aussi essayé de laisser sécher un couvert sur pied sans le coucher. Le problème c’est que les céréales sèches ne couvrent pas bien le sol et les adventices repousses.

Résultats

Le couvert fait 1 m de hauteur les bonnes années. Il couvre efficacement le sol (réduction salissement), et enrichi la terre en matière organique (stockage d’eau). Pour la destruction du couvert, avant je faisais un cover-crop léger pour le désherbage mais j’ai tendance à avoir de meilleurs résultats avec le rouleau faca. Je déconseille fortement d’incorporer le couvert, surtout lorsqu’il se compose de légumineuses, car la dégradation de la matière verte nécessite aux micro-organismes de puiser dans les stocks d’azote du sol (= faim d’azote) puis des pics qui peuvent entraîner des coulures sur vigne. Donc mieux vaut favoriser le roulage ou le broyage sans incorporer pour que le couvert apporte de l'azote plutôt que d'en puiser. En juin le couvert est sec, il ne puise pas dans les réserves au détriment de la vigne. Les couverts sont une somme de petits avantages. Il n'y a pas de raison d’avoir peur. Pour l’instant je n’ai pas réduit la fumure car les bénéfices des couverts s’observent au bout de plusieurs années. Je réduirai sûrement les apports d’ici 4-5 ans. Enfin, je vois que mes couverts poussent beaucoup moins bien dans les parcelles ou était épandu du cuivre (anciennes vignes). D'où importance de mieux travailler pour restaurer les sols.

Images