Accueil REX Agri Elevage de porcs en plein-air intégral

Elevage de porcs en plein-air intégral

icone localisation

Morbihan

Prometteuse & en cours d'amélioration pour être maîtrisée

Agriculteur

Ferme Trévero
EARL Ferme de Trévero

Surface

55 ha dont 45 ha en culture et 10 ha en prairie permanente

Atelier

Grandes cultures et productions légumières Élevage ruminant Élevage monogastrique

Plusieurs parcelles , 15ha au total

Limoneux léger

Objectifs

Valoriser des co-produits de la ferme (déchets de tri des céréales, tourteaux de l’huile de colza et chanvre, légumes et pommes de terre) Elever des cochons dans une approche éthique, dans de meilleures conditions de travail Répondre à une demande de la clientèle Améliorer la qualité de la viande.

Description

Notre élevage de porc de race Duroc en plein air intégral s’étend sur 15 ha grillagés, comprenant 7,5 ha de bois et 7,5 ha de prairie dont 2,5 en culture en rotation. Nous y élevons 9 mères divisées en 3 bandes de 3 mères. Elles font 2 portés par an par insémination artificielle. Il y a donc production de 6 bandes de 20 cochons environ par an. Les mères mettent bas dans des parcelles individuelles dans les bois. Les porcelets peuvent communiquer en passant sous le fil électrique entre les parcelles de maternité. Tous les porcs de la ferme ont accès à une cabane dans leur parcelle pour avoir un endroit au sec et à l’abri des vents. Ils ont aussi accès à une auge et un abreuvoir mobile mis sur caillebotis pour que les pattes puissent rester sèches pendant qu’ils se nourrissent. Les porc mâles sont castrés et tous les porcs sont engraissés et tués entre 7 et 9 mois. Ils sont nourris avec un aliment fabriqué à la ferme contenant les déchets de tri des céréales et le tourteau de colza et de chanvre produit avec les cultures de la ferme. Ils sont aussi complémentés avec des légumes invendus et les pommes de terre triées de la ferme. Chaque semaine, 2 porcs sont tués et transformés par un boucher avant de revenir en pièces sous-vides et vendus en direct à la ferme ou sur le marché. Le reste des porcs est transformé en terrines ou vendus à la carcasse à des restaurateurs. Le respect des coûts de production et des marges voulues implique un prix de la viande plus important que la moyenne mais en assure une qualité gustative indiscutable.

Résultats

La qualité de la viande est à la hauteur de nos attentes. En moyenne, le taux de gras intramusculaire de nos cochons tournent autour de 3% (souvent aux alentours de 1% en piétrain). Il est primordial que la rotation de parcelles (avec des vides sanitaires plus ou moins longs) et que les infrastructures soient adaptés à la taille de l’élevage. Nous avons subi des difficultés de santé de nos cochons suite à une mauvaise adaptation de nos infrastructures face au grandissement de la taille de l’élevage. Cependant, une rotation respectée permet d’avoir une qualité sanitaire correcte pour la bonne santé des animaux. Il y a une moyenne de 8,5 porcelets sevrés pour 11 nés. La perte animale est donc d’environ 18% pour notre élevage contre 30% en moyenne en agriculture biologique. La rusticité de la race Duroc est relativement adaptée à un élevage plein-air même si cette race a aussi été sélectionnée pour sa croissance rapide, ce qui présente des inconvénients au niveau de l'immunité de l’animal. De plus, pouvoir voir ses animaux se prélasser au soleil, courir dans la prairie et pouvoir fouiner dans les bois est très gratifiant. Associé à une adaptation des infrastructures au modèle plein-air, les conditions de travail sont idéales par rapport à un élevage en bâtiment.

Images