Accueil REX Agri Implanter ses couverts en travail de sol réduit

Implanter ses couverts en travail de sol réduit

icone localisation

Loiret

Un premier essai, à renouveler pour mieux juger de son potentiel

Agriculteur

Sandrine GARREAU
EARL BRANCHE

Atelier

Moutarde, Trèfle d'Alexandrie

Une parcelle , 10ha au total

Semoir jamet à dent

Argilo-calcaire

Objectifs

Réduire la travail du sol dans la rotation légumière Implanter des couverts végétaux sans travail du sol

Description

Située dans le bassin de production de la Beauce en sol argilo-calcaire et en agriculture conventionnelle, j'amorce ma transition vers l'agroécologie depuis un an. C’est la 1ère année sans déchaumage avant implantation d'un couvert végétal. Le couvert implanté est un mélange de moutarde noire (8kg) et trèfle d'Alexandrie (2kg). Je l'ai semé à 10kg/ha le 1 août avec un semoir à dent Jammet équipé de pointes fines juste après la récolte du blé. Une bande conduite classiquement, c'est-à-dire avec un ou deux déchaumages, a été implantée 15 jours à 3 semaines après la bande implantée en semis direct. La paille de la culture précédente a été broyée par la moissonneuse batteuse. Le couvert a ensuite été détruit le 15 novembre à l'aide d'un broyeur puis d'un labour. La culture suivante est de l'oignon, mais l'exploitation n'est pas encore équipée pour implanter des oignons en non labour. Cela fait partie des pistes de travail pour la prochaine campagne.

Résultats

Le semis a été effectué dans de bonnes conditions à une profondeur de 2 à 3cm. Il y avait de l’humidité et de la fraîcheur. La levée du couvert a été assez rapide et le couvert n’a pas souffert de forte température ou d’un manque d’eau. Le couvert a bien fonctionné, surtout la moutarde avec une production de biomasse estimée à entre 3 et 4 tonnes de MS. Le labour en direct n'a pas fonctionné. La partie en semis direct est également plus propre, notamment en dicotylédones. Le développement important du couvert à permis de concurrencer le développement de ces dernières. La structure du sol est meilleure dans la modalité en semis direct, elle est plus grumeleuse et on observe plus de vers de terre lors des tests bêche. L'eau s’infiltre mieux dans la parcelle et elle ne stagne pas en surface.. Les oignons sont en cours d'implantation mais des observations seront réalisées pour comparer les deux modalités. La paille n'a pas posé de soucis lors du semis. Le semoir est bien adapté pour passer dans la paille. L'objectif est de faire évoluer le mélange en diversifiant les espèces, de généraliser l'implantation du couvert en direct et de trouver des solutions pour arriver à implanter des oignons en non labour.

Images