Accueil REX Agri Pré-buttage d’automne et de printemps en pomme de terre

Pré-buttage d’automne et de printemps en pomme de terre

72
icone localisation

Côtes-d'Armor

Un premier essai, à renouveler pour mieux juger de son potentiel

Agriculteur

Kristen Le Boëdec
SCEA Ty Coat

Atelier

Grandes cultures et productions légumières Élevage monogastrique

Pomme de terre conso

Une parcelle , 0,16ha au total

Semoir vaderstad, butteuse Grimme GH4, vibroculteur

Limon sablo-argileux

Objectifs

Tester la faisabilité d’une reprise légère de printemps avec création des buttes 1 mois avant la plantation pour favoriser le réchauffement du sol tout en limitant le nombre de passages d’outils Tester la faisabilité d’une plantation en direct au printemps dans une butte créée en début d’automne et protégée par un couvert végétal

Description

J’ai mis en place cet essai sur une parcelle de 0,16 ha de pomme de terre (précédent blé tendre) avec 2 modalités d’essai : - Pré-buttage d’automne : création des buttes à l’automne pour une plantation en directe au printemps - Pré-buttage de printemps : reprise légère de printemps et création des buttes 1 mois avant plantation + témoin (reprise habituelle de printemps) Après une préparation du sol (2 déchaumages + 1 roulage + 2 faux semis), j’ai semé un couvert le 19 septembre (semoir vaderstad) avec un mélange de 4 espèces : - phacélie (2kg/ha = 100 grains/m²) - moutarde blanche (2kg/ha = 29 grains/m²) - triticale (7kg/ha = 15 grains/m²) - pois fourrager (30kg/ha = 30 grains/m²) Buttage de la parcelle en pré-buttage d’automne le 20 septembre. Broyage du couvert le 26 février 2021. Déchaumage de la parcelle témoin et la modalité pré-buttage de printemps le 1er mars. À cette même date, j’ai épandu 8T /ha de fumier sur toute la surface. Epandage de Patenkali (180 kg/ha) et du Sulfate K (100 kg/ha) le 16 mars. Deuxième déchaumage sur le témoin et sur la parcelle en pré-buttage de printemps le 19 mars et buttage de cette dernière parcelle le 23 mars. Passage d'un déchaumeur pattes d’oie dans le témoin et un vibroculteur sur les buttes et un rebuttage sur la parcelle en pré-buttage d’automne le 31 mars. Passage du décompateur (Atila) et de la herse rotative dans la parcelle témoin le 20 avril. Plantation des pommes de terre 21 avril.

Résultats

Par rapport au témoin, les essais ont permis une réduire les coûts d'implantation grâce à la réduction du travail du sol (4 ou 5 passages au lieu de 8 passages = -32% de consommation de gasoil pour le pré-buttage d'automne et - 24% pour celui de printemps). La structure du sol était bonne, avec des buttes très grumeleuses et poreuses. Néanmoins, la composition du couvert et l'implantation tardive n'était pas adapté et la trop faible densité de semis a favorisé le salissement de la parcelle, surtout par des dicotylédones (mouron, véroniques à feuilles de lierre, géranium, pensée des champs) et un peu de graminées (pâturin). Les rendements ont été impacté négativement par : - le salissement (pâturin, matricaire, renouée, notamment en inter-butte où il est difficile d’intervenir) - le mauvais réchauffement du sol, les risques de rhizoctone et la baisse de la minéralisation des éléments au printemps à la plantation - la difficulté de terrage des pommes de terre (car beaucoup de racines vivantes au moment de l'implantation On a perdu 7,6% de rendement pour la modalité pré-buttage de printemps (35,9 T/ha contre 38,9T/ha en témoin) et 23% en pré-buttage d’automne (30T/ha). Malgré une diminution des rendements et une difficulté de récolte (nombreuses mottes qui ralentissent le débit de chantier car tri manuel), je veux poursuivre mes essais avec les objectifs suivant : - réduire les interventions mécaniques pour la conduite classique (aucun outil animé de travail du sol) - améliorer les couverts végétaux pour les 3 modalités avec un semis plus dense et plus précoce, et un choix des variétés plus approprié. Je ne vais surement pas poursuivre le pré-buttage d’automne car l’écart de rendement est trop important.

Images