Accueil REX Agri Courgettes dans couverts de trèfles

Courgettes dans couverts de trèfles

29
icone localisation

Ardèche

Prometteuse & en cours d'amélioration pour être maîtrisée

Atelier

Grandes cultures et productions légumières

Courgette, Trèfle

Une parcelle , 0,3ha au total

Rouleaux Faca et Orbis, Strip-till

Sable-limoneux

Objectifs

Tester la faisabilité d’un semis ou d’une plantation de légumes après couvert végétal d’hiver, suite à un travail du sol simplifié et localisé uniquement sur les lignes de culture (technique Strip-Till), avec maintien du paillis du couvert en interlignes durant toute la durée de la campagne Évaluer le potentiel de gestion des adventices par le couvert végétal (vivant puis paillis) Poursuivre l’amélioration de la stratégie de fertilisation

Description

J’ai mis en place cet essai sur une parcelle de 3000m² avec 3 modalités de trèfles semés dans les futures interlignes (+ un témoin): - Courgette / couvert trèfle blanc - Courgette / couvert trèfle souterrain (1350m²) - Courgette / couvert trèfle nain Les couverts de trèfle ont été semés en septembre 2020, détruits aux rouleaux Faca et Orbis le 2 mai 2021 puis j’ai fais un travail localisé au strip-till sur les futurs lignes de plantation de courge (parcelle en trèfle souterrain). Pour le témoin j'ai fais une préparation de sol avec disquage/vibro 1-2 fois pour casser les mottes. Le couvert trèfle nain ne s’est pas développé, j’ai décidé de disquer et de passer cette bande d'essai en conduite classique. Pour la fertilisation, j’ai appliqué une double dose de 10/12/30 en localisé sur les bandes d'essais (1T + surdose de 100 UN sur la bande trèfle souterrain, contre 500kg de 10/12/30 en plein non-localisé sur le témoin. J’ai observé un meilleur démarrage sur la bande de trèfle souterrain ayant reçu la surdose de +100 UN. Autour du 15 mai, j’ai implanté les courgettes sur la bande de couvert trèfle souterrain et le témoin seulement car le trèfle blanc avait recouvert les lignes de plantation, je n'ai pas pu planter. Le désherbage fut impossible pour la parcelle trèfle souterrain, les courgettes n’ont pas poussé, j’ai abandonné la récolte.

Résultats

- Le disquage intégral du trèfle blanc a bien fonctionné car la biomasse produite est faible. Le trèfle blanc peut donc rester une option pour un travail superficiel en plein mais c'est à abandonner pour du strip-till car trop difficile à contrôler et le roulage ne lui fait rien, il recouvre tout de suite les lignes travaillées. - Le trèfle souterrain . L’inter-rang non travaillé est relativement propre, ce qui souligne l’intérêt du strip-till, à condition de pouvoir maintenir le rang propre. Il n'y a pas eu d'érosion sur cette parcelle par rapport au témoin, mais en restant vivant, le trèfle est entré en compétition hydrique avec les courgettes. - Le couvert de trèfle nain est un échec car il ne s’est pas développé. Le travail du sol a fortement diminué dans ces essais, avec des passages de rouleaux Orbis et Faca pour la destruction des couverts et une préparation sur la ligne de semis avec un strip-till (travail localisé sur les lignes de plantation). La préparation des lignes de semis n’a pas été suffisante avec le travail du strip-till car il n’était pas disponible au bon moment (location) et la terre s’est reprise en masse à cause de la pluie entre la préparation et la plantation. J'ai eu des problème de salissement sur le rang de trèfle souterrain, sans moyen de désherber car le dimensionnement du strip-till n’était pas adapté. Les rendements ont été fortement impactés (0 en trèfles contre 55,7 T/ha (plants) et 41 t/ha (semis) sur le témoin), à cause de l’envahissement trop important par les adventices sur le trèfle blanc et du non développement des plants sur la parcelle de trèfle souterrain (-86% de rendement). Il faut que j’améliore la maîtrise du roulage des couverts, que j’arrive à passer le strip-till au bon moment (matériel de location) et que j’adapte le strip-till pour permettre un désherbage mécanique des courgettes. Quand je maîtriserai ces points alors je pourrai envisager un déploiement de l’itinéraire cultural sur de plus grandes surfaces.

Images